Port-vu-d-avion-Argenton_Landunvez_avril2021
AUPA

Etude des courants et marées dans le port d'Argenton

Formations
Innovation
Hydrographie - Océanographie
A la demande de la municipalité, un élève hydrographe-océanographe de l’ENSTA Bretagne mène une étude sur la circulation des courants océaniques dans le joli port d’Argenton. Cet abri naturel est situé sur la commune de Landunvez en Finistère Nord. L'étude vise à suggérer des modèles d'inversion de l'envasement observé, qui soient les plus adaptés à cet environnement sensible. La pose des marégraphes a débuté...

Un envasement progressif depuis les années 40

Ce petit port breton typique de la pointe Nord du Finistère, accueille environ 200 plaisanciers. Il est très protégé par l’île d’Yock qui lui fait face et la presqu’île du Vivier qui ferme l’anse par l’ouest. 

Lors de la deuxième guerre mondiale, les forces d’occupation ont particulièrement renforcé la voie d’accès à la presqu’île du Vivier pour exploiter cette position, idéale pour surveiller l’entrée du chenal du Four (voie maritime à l’extrême ouest du Finistère, en mer d’Iroise, qui précède l’entrée de la rade de Brest).

Ces aménagements côtiers ont eu pour principale conséquence d’arrêter définitivement un des deux flux de marée entrant dans le port par grands coefficients. Plus tard, la construction d’une petite digue est venue augmenter un phénomène progressif d’envasement constaté maintenant depuis 70 ans, auquel sont venus s'ajouter plus récemment des épisodes de pollution biologique (algues vertes).

Eric Hassan, Président de l'association des usagers du port d'Argenton (diplômé d'ENSTA Paris, promo 89) :

Le port de plaisance d'Argenton à Landunvez est un magnifique abri naturel, historiquement lié au commerce de l'Etain. Aujourd'hui c'est un havre de paix pour les nombreux plaisanciers locaux. Nos canots y sont bien protégés des tempêtes de Suroît et de Noroît, par deux presqu'îles (Saint Laurent et du Vivier) et la très sauvage Ile d'Yoch. Les navigateurs de passage y sont les bienvenus sur les corps-morts "visiteur". Et là, vous découvrirez peut-être qu'il n'est nul besoin de traverser les océans pour découvrir un paradis, que nous veillons à préserver..."

Comprendre et modéliser le phénomène pour esquisser des solutions

L’envasement du port préoccupe l’équipe municipale, conduite par M. Christophe Colin, et l’association des usagers du port d’Argenton (AUPA), présidée par Eric Hassan.

Afin d’analyser plus précisément le phénomène d’envasement et de proposer un modèle de solution, un projet d’application a été proposé à l’ENSTA Bretagne.

  • L’étudiant en charge du projet, Jean-Baptiste Roustan, procède en ce moment à la pose de plusieurs marégraphes sur le fond du port (trois sont prévus). Les trois appareils vont enregistrer les variations de hauteur d’eau au fil des marées.
  • Ces données vont permettre de valider le modèle de circulation des courants de marée dans le port mis en place pour cette étude.
  • Ce modèle devrait permettre de savoir si un aménagement pour améliorer la circulation des courants de marée pourrait être envisagé comme solution naturelle pour le nettoyage du bassin.
depose-de-maregraphes-port-de-l-Argenton-avril2021-ENSTA_Bretagne
ENSTA Bretagne

Vous êtes élève en « hydrographie-océanographie » et achevez votre formation à l’ENSTA Bretagne. Quelles sont les compétences requises pour mener à bien cette étude et qu’est-ce qui vous a plus dans ce projet ?

Jean-Baptiste (hydrographe-océanographe, promotion ENSTA Bretagne 2021, X-2017) :

Mener à bien un tel projet requière une bonne connaissance des outils de modélisation et de leur capacité descriptive. Ainsi, afin de vérifier la cohérence du modèle à la réalité physique, ce projet requière le recueil de données in situ, pour valider les simulations. Ce double enjeu donne toute la richesse scientifique et technique à ce projet.  Enfin, travailler sur une zone littorale, en étroite collaboration avec des acteurs locaux contribue grandement à mon intérêt pour cette étude.

En quoi consisterait une solution de « nettoyage naturel du bassin » agissant sur la circulation des courants de marée ?

Amandine Nicolle (Enseignant-chercheur, responsable des enseignements en Hydrographie-Océanographie) :

Modéliser la circulation des courants de marée avec la topographie de la zone va nous permettre de comprendre les raisons hydrodynamiques de l'envasement du port. Une fois cette connaissance acquise, on peut utiliser ce modèle pour voir comment un changement de relief  (creuser à un endroit donné ou ajouter un obstacle...) peut agir sur cette circulation. Le modèle numérique permet de mesurer l'impact de chaque solution envisagée, pour trouver une solution la plus naturelle possible à ce problème d'envasement qui impactera le moins possible l'environnement voisin.

contact

Amandine Nicolle
Enseignant-chercheur
Responsable de la spécialité et du Master Hydrographie et Océanographie