ENSTA Bretagne : Elisabeth au rallye des Gazelles 2014

Elisabeth, ingénieure et entrepreneure

20 septembre 2014
Ce qui singularise Elisabeth ? Son énergie communicative d’ingénieure - entrepreneure et son envie d’explorer les terres inconnues. En s’inscrivant au Rallye des Gazelles 2014, Elisabeth a souhaité relever un défi 100% féminin où prévalent les valeurs humaines de solidarité, de courage, d’audace et de générosité : se dépasser physiquement et mentalement, tout en explorant la richesse des relations humaines et les terres reculées du Maroc. Elle nous raconte cette aventure…
ENSTA Bretagne : Portrait d'Elisabeth, ingénieure et entrepreneure
Elisabeth
Diplômée en 2004
responsable de projets et directrice adjointe d’EXA International, cabinet d’ingénierie.

Diplômée en 2004 de l’ENSTA Bretagne (ex ENSIETA) en option hydrographie, elle co-dirige depuis 8 ans le cabinet d’ingénierie EXA international, spécialisé en conception-réalisation de sites industriels pour la pétrochimie et les mines.

Le 29 mars 2014 s’est achevée la 24ème édition du Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc. Elisabeth, pilote, et son amie, copilote, achèvent avec succès, à la 89ème place, ce rallye automobile dans le désert Marocain.

Cette année 160 équipages de femmes de 18 à 65 ans et de 33 nationalités différentes, ont relevé ce défi mécanique unique : pour gagner il faut atteindre 6 à 8 balises par jour en parcourant le moins de kilomètres possible, dans un temps également limité. Un défi automobile original, sans vitesse, qui prône les réductions de CO2, et une navigation à l’ancienne, à l’aide de cartes, uniquement en hors piste, sur des terrains très accidentés. Les risques de casse mécanique sont omniprésents. Ce qui fera la différence au classement final ? Une concentration sans faille et une solide endurance mentale, tout au long de ces 9 journées, particulièrement mises à l’épreuve aux moments de franchir les terrains les plus difficiles. Les cartes manquent fortement de précision et des risques sont pris tout au long de la journée afin d’emprunter le trajet le plus court !

Toutes les participantes du Rallye, que l'on appelle « des Gazelles », qu’elles soient amatrices ou professionnelles ressortent avec une marque inoubliable : celle du dépassement de soi et de la rencontre avec elle-même, loin de leur quotidien, mais aussi celle du partage et de l’entraide avec sa partenaire et avec les autres  « Gazelles ». Elisabeth, une pro de la cartographie par sa formation et douée d’un bon sens pratique acquis en manageant des projets industriels ambitieux, a dû franchir tous les obstacles avec son amie, équipées d’une boussole et d’une carte des années 50 plus ou moins fiable. Les smartphones ayant bien entendu été ramassés au début de la course.

"J’ai cru casser notre 4x4 à plusieurs reprises et craint que notre aventure s’arrête ! Mais il a résisté et nous aussi ! On ne voit personne de la journée et curieusement on se retrouve à quelques équipages en arrivant sur une balise, on souffle un peu, on grignote, on fête ça brièvement et on repart vers la suivante ! Il ne faut pas perdre de temps car la nuit tombe vite et dans l’obscurité les difficultés sont décuplées ! Et le jour où nous avons crevé au milieu du désert, on ne s’imaginait pas qu’un équipage puisse nous dépanner si vite d’une roue de secours. Mais nous empruntons toutes des itinéraires très proches et la solidarité est immédiate, c’est même tout le sens de ce rallye. Le soir nous sommes un millier au camp des gazelles, mais épuisées, après avoir confié notre véhicule à la révision, dressé notre tente et enfin pris notre douche, les conversations autour du dîner sont courtes, mais si stimulantes… C’est à vivre ! "

Je remercie vivement l’association des diplômés de l’ENSTA Bretagne d’avoir rejoint mon groupe de sponsors. Toutes deux chefs d’entreprise, nous avons été soutenues par nos proches, nos équipes professionnelles et sommes parvenues à réunir les 26.000 euros pour mener à bien ce projet (comprenant la location du véhicule, inscription, formation à la conduite, etc…).

 

Au retour ? Ce défi fou prouve, s’il est besoin, que l’avenir se construit avec ces femmes qui ont le potentiel pour « déplacer les montagnes » en plaçant l’entraide et le sens collectif au cœur de leurs projets.