ENSTA Bretagne : Grands défis de l'ingénieur

« Grands Défis de l’Ingénieur » un cours de 1ère année qui questionne

Formations
L’objectif des « Grands défis de l’Ingénieur » est d’apprendre à construire les problèmes d’ingénieurs selon une approche holistique, qui intègre les enjeux sociétaux et permette de penser les raisons d’être et les conséquences des innovations techniques.

En termes d’apprentissage, il s’agit de mieux comprendre les processus d’ingénierie, d’enrichir sa culture du monde contemporain et de développer sa capacité réflexive. Cette dernière s’appuie sur la problématisation, la lecture critique, la démarche de l’enquête, l’exploitation des données, la théorisation, la rédaction d’un article, la restitution publique, et la prise de position.

Le thème central de cette année  portait sur la consommation des ressources, le recyclage et la destruction des artefacts :

comment favoriser le progrès en tenant compte des limites physiques des ressources à disposition dans la nature ?  

En petit groupe, les élèves-ingénieurs de première année, doivent  rédiger une étude pluridisciplinaire sur une technologie nouvelle. Le travail intègre l'étude de la technologie en elle-même et les multiples conséquences de sa démocratisation (économiques, politiques, écologiques, sociales…).

 

ENSTA Bretagne : projet ITER

L’exemple du projet international ITER qui vise à reproduire l’énergie du soleil sur terre :

Emile et son équipe ont choisi de focaliser leur étude sur ITER, le premier projet mondial de centrale à fusion.

Les enjeux techniques sont énormes ! Afin de créer la plus grande réaction de fusion au monde, les ingénieurs ont dû concevoir et fabriquer les plus grandes bobines supraconductrices du monde.

Ces bobines supraconductrices mesurent plus 20 mètres de diamètre et pèsent plusieurs centaines de tonnes. Une partie d'entre-elles sont en cours de construction au sein même du site. « Nous avons eu la chance de visiter cette chaîne de production unique en son genre, qui met en œuvre des outils fabriqués sur-mesure. ».

Lors de la visite, nous avons d’abord assisté à une micro-conférence réalisée par une ingénieure en sécurité et environnement. Cela nous a permis d'en savoir plus sur le sujet et de poser quelques questions. Ensuite, nous avons visité le site : nous sommes passé par la chaine de production des bobines supraconductrices ainsi que la salle d'assemblage et la salle de l'accélérateur de particules (le tokamak). Le projet ITER devrait suivre le projet Demo qui effectuera ses premiers essais de production électrique d'ici 2050.