Héritière de 200 ans d’histoire, l’ENSTA Bretagne fête ses 50 ans

Héritière de 200 ans d’histoire, l’ENSTA Bretagne fête ses 50 ans

École
Imaginer les débuts de l'ENSTA Bretagne, c'est remonter au 19e siècle à l'ère de la révolution industrielle. C’est percevoir que, de tous temps, pour accompagner les innovations technologiques, la formation des personnels techniques (ingénieurs, cadres et ouvriers) est la pierre angulaire.
En 200 ans d’histoire et depuis les 50 ans de sa création en 1971, l'école n’a cessé d’anticiper et d’évoluer fidèle à sa mission de former les ingénieurs de demain, au plus haut niveau, capables d'assurer l’avance technologique et l’autonomie stratégique dont la défense et la société civile ont besoin.

200 ans d’histoire, un siècle de formation d’ingénieurs, 50 ans de la création de l’école, 30 ans de la recherche : Une école de progrès

Créée en 1971, l’ENSTA Bretagne est l’héritière de formations techniques internes aux armées qui existaient depuis 1819, qui ont donné lieu au premières formations d’ingénieurs avant d’être réunies en une seule école en 1971, à l’initiative du ministère des Armées de l’époque, et plus précisément de la Direction ministérielle pour l’armement (qui deviendra la DGA), l’entité stratégique de pilotage, d’ingénierie et d’équipement des armées dont dépend l’école.

Depuis 50 ans, l’ENSTA Bretagne s’inscrit dans une dynamique de croissance forte, portée par la demande de ses partenaires, entreprises et ministère des Armées. L’école forme des ingénieurs ainsi que des experts, et mène des recherches de pointe. Elle répond aux besoins d’innovation et de connaissance scientifique de la défense, du monde maritime, des transports & mobilité, de l’aérospatiale et de nombreuses autres filières technologiques innovantes. 

Les festivités des 50 ans ont débuté le 14 juillet, avec la mise à l’honneur du corps des ingénieurs militaires (IETA) au défilé militaire, qui célébrait également les 60 ans de la création de la DGA (Direction générale de l’armement). Elles vont se poursuivre durant toute l’année 2021-2022, associant de nombreux témoins de cette histoire et anciens élèves de l’école. 
Ces anniversaires sont l’occasion de revenir sur 200 ans d’histoire et 50 ans de progrès permanents pour former les ingénieurs dont la société aura besoin. 

De 1818 à 1960 : accompagner la révolution industrielle et la montée en compétences
ENSTA Bretagne : Construction du campus en 1967
Au 19e siècle

Au 19e, en pleine révolution industrielle, création des écoles de formation des maitres (techniciens supérieurs des arsenaux) et naissance de l’école supérieure de maistrance de Brest*  

ll y a déjà 200 ans, des enseignements spécifiques visaient en particulier la formation des maîtres et contremaîtres dans les arsenaux de la Marine, au port militaire de Brest. 
En 1818, l’inspecteur général du génie maritime Pierre-Jacques-Nicolas Rolland rendit un rapport sur la situation de la formation professionnelle dans les arsenaux. Cette étude servira au baron Portal, ministre de la Marine, lorsqu’il établira la circulaire du 17 août 1819, dont est tiré cet extrait : 

« […] former dans chacun des ports de Brest, Rochefort et Toulon, une école spéciale, dans laquelle un certain nombre de jeunes ouvriers destinés à la maistrance et choisis parmi les plus actifs et les plus intelligents, seraient exercés aux méthodes pratiques des arts relatifs à l’architecture navale, qui ne se conçoivent bien qu’à l’aide de connaissances théoriques ». 

 

* Distinguer La Maistrance au 19e et l’actuelle école de maistrance : La Maistrance du 19e est composée des maîtres, contremaîtres et aides chargés de diriger le travail des ouvriers des diverses professions relatives aux Constructions navales. Ils sont alors formés dans les écoles normales et supérieures de maistrance. L’école de maistrance créée en 1933, héritière de l’école des mousses, a une mission différente, celle de former, de bac à bac+3, les officiers mariniers exerçant à bord des navires de la marine nationale.
 

1900-1960

Montée en compétences des formations et création des écoles techniques pour préparer les ingénieurs militaires à la conduite de programmes d’équipement des armées avancés.

Après de profondes transformations des formations avant la grande guerre 14-18 et les réorganisations multiples jusqu’à la fin de la Seconde guerre, les créations d’écoles techniques dédiées ont été effectives dans les années 40. Il s’agissait de disposer d’outils de formation de cadres et d’ingénieurs complètement adaptés aux besoins des constructions navales, et plus largement, sur l’ensemble du territoire, à tous les besoins techniques des différentes armées.  

Ces écoles prévoyaient de l’apprentissage et de l’expérience de terrain avant l’intégration en formation d’ingénieurs. De ces mêmes écoles, en empruntant des parcours différents, sortaient également le plus souvent les ouvriers spécialisés et cadres techniques. Ingénieurs, techniciens et ouvriers étaient ainsi issus d’un même système global et original de culture d’entreprise et de promotion sociale. 
L’ENSTA Bretagne est ainsi l’héritière des premières formations d’ingénieurs créées en France. Ce sont déjà des formations d’ingénieurs pluridisciplinaires accréditées par la Commission des Titres d’Ingénieurs, créée en 1936. Ces formations se sont développées sur son campus brestois et dans d’autres sites en France dès l’entre-deux guerres. 

Les débuts de l'ENSIETA
ENSTA Bretagne : Photo d'archives, campus en 1972
L’école, dénommée ENSIETA, est créée à Brest en 1971

Avant la création de l’école, en 1961, la Direction ministérielle pour l’armement (DMA), qui deviendra la DGA, voit le jour. Elle va réformer les corps de l’armement et créer, en 1968, deux corps d’ingénieurs militaires étroitement liés, les IA (ingénieurs de l’armement) formés à l’Ecole polytechnique et dans des écoles d’application, et les IETA (ingénieurs des études et techniques de l’armement). Parmi les premiers IETA, d’anciens apprentis accèdent ainsi avec succès à des fonctions de direction.

C’est alors que nait, en 1971, l’ENSIETA (École nationale supérieure des ingénieurs des études et techniques de l’armement), du regroupement des écoles techniques supérieures des différentes spécialités (naval, terrestre et aéronautique) avec la mission, qui perdure, de former les IETA. 

1971
  • Création de l’ENSIETA.
  • Diplomation de la 1e promotion d’IETA.
  • Admission des premiers élèves issus du concours d’admission, à l’issue de leur formation préparatoire délivrée par les écoles de formation techniques spéciales.
  • Les formations d’ingénieurs militaires sont alors réunies dans une seule école, en conservant tout d’abord deux sites, Arcueil (armement) et Brest (campus dédié aux constructions et armes navales depuis 1949). 
1987

Toutes les spécialités sont rassemblées à Brest, sur le campus historique de Pontanézen, à l’exception des constructions aéronautiques qui demeurent à l’école de Toulouse (à l’ENSICA, qui fusionnera plus tard avec Supaéro pour former l’ISAE-Supaéro).

Dès l’origine, l’ENSIETA a pour mission de former des ingénieurs qui préparent les innovations de demain, appliquées à la défense. Très vite des élèves civils rejoignent l’école et leur effectif va croître de manière exponentielle.

Des années 90 à aujourd'hui : expansion et reconnaissance
ENSTA Bretagne : centre de recherche mécanique
ENSTA Bretagne
De l'ENSIETA à l'ENSTA Bretagne

Ces 30 dernières années marquent l’ouverture rapide de l’école aux élèves civils.

Alors que l’industrie française se transforme passant de statuts étatiques aux statuts d’entreprises privées et vivant de multiples ruptures technologiques, la demande en ingénieurs civils ne cesse de croître. 

Les ingénieurs de l’école sont de mieux en mieux identifiés des différents secteurs industriels et cette reconnaissance va se développer avec l’émergence et la structuration d’un centre de recherche pluridisciplinaire, aux compétences rares. 

Les entreprises de haute technologie apprécient les jeunes diplômés de l’école. Ils sont à la fois immédiatement opérationnels sur le plan technique et capables d’évoluer vers de hautes responsabilités pour mener les transformations industrielles, créer de l’innovation et assurer l’autonomie stratégique attendue. 

Dans son périmètre d’expertises, l’école ne cesse d’attirer de plus en plus de partenaires : de la mécanique aux technologies numériques, des applications navales à l’aérospatiale en passant par le terrestre, de la pyrotechnie à l’hydrographie, et forte d’enseignements originaux, notamment en sciences humaines et sociales. 

C’est à la faveur de cette pluridisciplinarité de domaines d’excellence et portée par son écosystème maritime solide, que l’école fait émerger de nouvelles disciplines comme la robotique marine autonome, les énergies marines renouvelables, la cybersécurité des systèmes embarqués ou la gestion des organisations associant sciences de l’entreprise et ingénierie.

Le lien industrie-recherche-formation soutient la croissance de l’école. Une diversité croissante d’employeurs et de partenaires académiques s’intéressent aux enseignements de l’école et va porter son rayonnement national et international.

Une croissance soutenue par le professionnalisme des personnels, leur attachement aux missions de l’école, en premier lieu desquelles la réussite et l’épanouissement des élèves. 

 

  • 2007 : l’ENSIETA est la 1e école d’ingénieur de France certifiée ISO 9001 :2000 pour l’ensemble de ses activités. Cette récompense révèle l’identité de l’école et ses valeurs : exigence, progrès constant, satisfactions des parties prenantes et liens forts avec les réseaux économiques et industriels.
L'ENSTA Bretagne en 2021

Des compétences pluridisciplinaires de pointe bien identifiées pour des applications toujours plus étendues

Les diplômés sont présents dans de nombreux secteurs d’activités par leurs compétences pluridisciplinaires, scientifiques et managériales. Ils sont amenés à travailler dans les domaines ci-dessous :

  • Industrie navale & énergies offshore
  • Défense & sécurité
  • Technologies de l’information & systèmes d’observation
  • Aéronautique & espace
  • Industrie automobile & véhicules terrestres
  • Enseignement & recherche

L’ENSTA Bretagne en quelques chiffres : 

  • 970 étudiants et doctorants
  • 85% d’élèves civils, 15% de militaires
  • 25 à 30% de jeunes femmes
  • 30% de boursiers
  • 20% d’étudiants internationaux (10% depuis la pandémie de Covid-19)

-> Un réseau dynamique de 6 000 alumni (anciens élèves)
-> 12 domaines d’excellence en formation et en recherche

Les 50 ans de l’ENSTA Bretagne seront célébrés tout au long de l’année 2021-2022 :