18-09-2018

52e rentrée ENSTA Bretagne : effectif record, campus en évolution & nouvelles formations

Etudiants ENSTA Bretagne : rentrée 2018

Depuis plus de 50 ans, ENSTA Bretagne forme des ingénieurs généralistes, après classe préparatoire, solidement préparés aux secteurs des hautes technologies, pour de nombreuses applications civiles et militaires. Pour répondre aux fortes demandes des entreprises en ingénieurs et masters, dans les domaines d’expertise de l’école, d’autres cycles de formation ont ouvert ces 15 dernières années, permettant de former des élèves de bons niveaux issus d’autres formations : bac+2 et diplômes universitaires. ENSTA Bretagne poursuit dans cette voie.

La rentrée 2018 se caractérise par un effectif record, deux nouvelles formations, une qualité des recrutements inégalée, des partenariats internationaux actifs, des parcours de haut niveau et deux nouveaux bâtiments.

EFFECTIF RECORD

  • 960 étudiants de bac+3 à bac+8, dont 855 étudiants et 105 doctorants
  • 16 cycles de formation d’ingénieurs, de master et des mastères spécialisés, dont deux nouvelles formations.
  • 20% d’étudiants et doctorants internationaux
  • 18% des élèves ingénieurs ont le statut d’élève IETA (militaires), ce qui représente une centaine d’étudiants.
  • 3 sportifs de haut niveau du pôle France voile
  • 9 startups incubées dans l’incubateur ENSTARTUPS

2 NOUVELLES FORMATIONS

Mastère spécialisé « management de projets maritimes » (bac+6, 1 and de formation)

La formation répond à une demande forte des entreprises et a été labellisée par le Pôle Mer Bretagne Atlantique. Le mastère spécialisé "Management de Projets Maritimes" vise à former des « projects managers » capables de piloter, coordonner et évaluer des projets maritimes d’envergure internationale.

La formation a été inaugurée et parrainée par Pascal Piriou, PDG du groupe PIRIOU, lundi 17/09, en présence des 8 étudiants de la première promotion et des 8 étudiants du master «Terre et Mer» de Science Po Rennes. Les deux formations sont partenaires et organisent ensemble « un bureau d’étude maritime », projet d’application encadré qui précède le stage de fin d’étude.

Parcours franco-australien  de double master « Marine Engineering » (bac+5, 3 semestres)

Faisant suite au lancement du programme de réalisation de 12 sous-marins en Australie par Naval Group, ce programme de formation est conduit avec l’Université d’Adélaïde. Afin de développer les compétences dans les industries navales des deux pays, ce programme forme des experts en systèmes de défense (navires de surfaces et sous-marins). Après un premier semestre à l’ENSTA Bretagne à Brest, les 10 étudiants (5 français et 5 australiens) poursuivront leur formation de février à juillet 2019, à l’Université d’Adelaïde en Australie. Le master se conclura par un stage de fin d’études d’août à janvier 2020.

 Rentrée du master franco australien génie maritime sous-marins

Qualité des recrutements inégalée

Les recrutements sur concours sont à la hauteur des attentes, tant en voie civile qu’en voie militaire. Dans toutes les filières de classe préparatoire de « math. spé », l’école n’a cessé de progresser. L’école fait partie du top 20 des écoles après classe préparatoire scientifique, tous concours confondus, d’après les résultats des v½ux des étudiants, publiés sur la plateforme SCEI (service des concours des écoles d’ingénieurs). Elle recrute sur les concours Mines-Télécom et Mines-Ponts.

La qualité des dossiers reçus est également à la hauteur des attentes, en formation d’ingénieurs par alternance, masters et mastères spécialisés. En sciences mécaniques comme en technologies numériques cela nous permet de répondre au mieux aux attentes des entreprises de haute technologie, dans tous les secteurs d’activité.

La visibilité de l'école à l'international progresse également

88 accords dans 31 pays, favorisent la mobilité entrante et sortante. Certains de nos étudiants font par exemple leur rentrée à l’Imperial College de Londres, dans les instituts polytechniques de Milan ou de Montréal. D’autres se préparent à partir à GeorgiaTech à Atlanta. Tandis que nous accueillons des étudiants et doctorants internationaux venant de 18 pays : Australie, Nouvelle Zélande, Liban, Arabie Saoudite, Turquie, Argentine, Brésil, Colombie, Inde, Indonésie, Burkina, Nigeria, Maroc, Tunisie, Algérie, Cameroun, Côte d’Ivoire et Congo.

Les sciences et technologies marines représentent 50% des formations et recherches et contribuent fortement à cette attractivité internationale, en architecture navale, EMR, hydrographie & océanographie, systèmes d’observation marins et sous-marins, ou robotique marine. ENSTA Bretagne participe activement au projet ISBLUE, la nouvelle école universitaire de recherche qui  se crée à la pointe bretonne, portée par 9 établissements et leurs 15 unités de recherche, en vue d’accroître la visibilité internationale des formations et recherche. 

L’école vient aussi de remporter pour la 2e fois la coupe du monde de robots voiliers autonomes (WRSC, afin aout, au large de Southampton). Cette équipe robotique, multi-médaillée, reconduit, avec l’équipe « hydrographie & océanographie », un laboratoire à ciel ouvert sur le lac de Guerlédan, pour la 3e saison. En octobre et février, les étudiants hydrographes et roboticiens testeront des systèmes futuristes de cartographie et de surveillance des fonds marins, avec de nombreux partenaires nationaux et internationaux.

 

Les locaux s'agrandissent

L’école n’a cessé de s’adapter à la croissance des effectifs. Sur son campus de 7 hectares, les programmes d’extension se succèdent à peu près tous les 5ans. Le programme immobilier qui s’achève comprend 3 lots et représente près de 2000 m² d’extension (+ 8,5% du bâti) :

  • L’extension de la zone formation s’est achevée pour la rentrée 2018. Les 375m² supplémentaires représentent 8 salles : 6 salles de travaux dirigés de 24 à 40 places et 2 salles de 60 places en gradins, toutes informatisées. 
  • En parallèle, les travaux se poursuivent au centre de recherche où un nouveau bâtiment de 1600m² sera inauguré début 2019, permettant d’accueillir de nouveaux moyens expérimentaux en sciences mécaniques. Cela concerne notamment les recherches sur la durabilité en milieu marin et la pyrotechnie de l’Institut de Recherche Dupuy de Lôme (IRDL, UMR du CNRS) auquel contribue ENSTA Bretagne. Nous nous intéressons aux interactions des systèmes, notamment navals, avec leur environnement, à leur durabilité et modélisons le comportement des matériaux et des structures multi-matériaux afin de prédire leurs performances. Il faut souligner la très grande proximité de l’IRDL avec les entreprises : c’est le laboratoire breton numéro 1 par son taux de thèses financées par les entreprises.
  • Enfin, courant 2019, une partie du bâtiment dédié aux technologies de l’information (laboratoire Lab-STICC) sera rénovée et adaptée aux nouveaux moyens d’essais à venir en cybersécurité et en robotique.

Autres nouveautés

Une nouvelle organisation de la formation d’ingénieurs s’applique à la rentrée 2018. 

Les objectifs principaux étaient de favoriser des stages plus longs à l’étranger, en réorganisant le calendrier des 3 années et de réduire les heures encadrées afin que les étudiants puissent consacrer plus de temps à la conduite de leurs projets scolaires et extrascolaires

Dans le même temps, certains enseignements se sont développés, par exemple : en cyber-sécurité (Formation d'ingénieur et master), en traitement de l’information par l’intelligence artificielle (Formation d'ingénieur), en robotique (un master en plus). 

Nous avons également associé les étudiants à la construction d’un cadre nouveau pour valoriser l’engagement extra-scolaire des étudiants.

Grands projets

Sur le plan immobilier, nous souhaitons continuer à adapter les locaux à la croissance des effectifs et accompagner la croissance de l’incubateur Enstartups. Nous mettons également en ½uvre de nombreuses actions communes avec IMT Atlantique, notre partenaire privilégié et présenterons nos champs d’action communs aux élèves de classe préparatoire dès cet automne.