Me-DON : un observatoire sous-marin au large de l'île de Molène


L’ENSTA Bretagne contribue avec Ifremer à plusieurs projets d’observatoires marins en développant une technologie très innovante : la caractérisation des bruits sous-marins par l'installation de dispositifs d'acoustique sous-marine passive.

 

Le plus important est le projet MEdON (Marine E data Observatory Network). Il représente un budget de 1 529 786 € cofinancé à 50% par les fonds européens Interreg. Pour ce projet l’ENSTA Bretagne collabore avec Océanopolis, l’Université de Plymouth, le National Marine Aquarium de Plymouth, le Parc Naturel Marin d’Iroise, l’Ifremer et l’IUEM (Institut Universitaire Européen de la Mer, à Brest / UBO).

 

L’objectif visé vient d'être en grande partie atteint : tester un nouveau concept de surveillance côtière qui s'appuit sur un réseau d'observatoires sous-marins câblés, capables de transmettre des données et des observations en temps réel à très haut débit. Le projet Me-DON a été sélectionné dans le cadre d'un programme européen de coopération transfrontalière France-Angleterre. L'insallation mise en place le 13 juin au large de l'île de Molène vise notamment la surveillance d'une population résidente de 35 grands dauphins Tursiops truncatus. Cette station, reliée à l'île de Molène par un câble de 2km, transmet, d'ores et déjà, aux scientifiques des données du fond. Cela vaut pour des images, des sons, le courant et la houle. Des mesures physico-chimiques devraient intervenir prochainement.

Ces chercheurs ENSTA Bretagne sont également enseignants dans le cursus de formation des ingénieurs : hydrographie, génie logiciel (liens ci-contre).

 

Acoustique sous-marine passive : une oreille au fond de la mer

 

Des années de recherches ont abouti à la création d’outils performants permettant de mieux connaître les océans en écoutant uniquement les sons produits en son sein (navires, mammifères marins, vagues…). On utilise à cette fin des hydrophones, posés au fond de l'océan, pour enregistrer les sons qui sont ensuite caractérisés à l'aide de systèmes de traitement de données informatiques, puissants et complexes.

Ces recherches en acoustique sous-marine passive et informatique convergent aujourd’hui pour créer des observatoires marins intelligents et respectueux de l'environnement. Cette technologie innovante est parvenue à maturité à l'ENSTA Bretagne et intéresse les scientifiques d'Ifremer et les océanologues en général qui ont besoin d’observations sur le long terme : études d'impact du réchauffement climatique, évolutions des populations de mamifères marins dans les zones de fort trafic maritime, etc. Les gestionnaires des aires marines protégées, comme la mer d'Iroise, ont également besoin de données en temps réel pour pouvoir détecter les crises (ex : surveillance d’épaves).

 

 

 

Me-DON


Formation d'ingénieurs

 

Recherche

 

Détection d'un mamifère marin par enregistrement des sons produits :

 

Dauphin en mer d'Iroise :

 

Photos : Erwan AMICE (CNRS)