23-05-2018

Ethique professionnelle : une étudiante primée

Le 23 mai, Angélique Rissoan, étudiante en cycle ingénieur à l'ENSTA Bretagne, était à Paris, au siège de l'UNESCO pour la remise des prix du Concours National de Promotion de l'Ethique Professionnelle. Son essai "Quelle éthique pour l'ingénieur?" a reçu le premier prix du district 1650 (Bretagne, Mayenne) et une mention.

Pourquoi avez-vous choisi de participer à ce concours ?

Prochainement diplômée ingénieur, il m’a paru important de mener une réflexion personnelle sur le thème de l’éthique. Si cette notion ne m’évoquait rien en entrant en école d’ingénieurs il  y  a  trois  ans,  les  stages  en  entreprise  m’ont  notamment  permis  de  rencontrer  des ingénieurs  de  différents  secteurs  et  ainsi  de  prendre  conscience  des  difficultés  d’ordre éthique  liées  à  certaines  prises  de  décision.  

Sur la base de quels éléments (recherches/ lectures / rencontres / échanges) avez-vous construit votre essai ?

Mes premières idées de rédaction sont venues d’exemples tirés de l’actualité (Diesel Gate par exemple au moment où je rédigeais). Une réflexion sur les échanges et observations que j’avais faites en stages ou lors de précédents jobs d’été, m’a permis de me rendre compte que j’y avais moi-même déjà été confrontée (à moindre échelle bien évidemment puisque stagiaire ou travailleuse temporaire). Enfin, des recherches notamment sur la définition de l’éthique, m’ont donné une base de rédaction. Je me suis notamment servie d’études menées au Canada où l’éthique est bien plus prise en compte dans la sphère professionnelle qu’en France.   

Pourriez-vous nous expliquer en quelques phrases le contenu de votre essai "Quelle éthique pour l'ingénieur ? " ?

Je me suis tout d’abord interrogée sur la définition de l’éthique en essayant de faire la distinction entre éthique, morale et professionnalisme. Je me suis ensuite intéressée aux responsabilités éthiques de l’ingénieur en me demandant si l’éthique devait être envisagée collectivement ou individuellement. Enfin, j’ai essayé de proposer des pistes de réflexion quant à l’application de l’éthique au domaine de l’ingénierie ainsi qu’à la formation des ingénieurs à l’éthique. 

Pensez-vous que vos réflexions et écrits auront une influence sur la suite donnée à votre carrière d'ingénieur ?

Oui et non. Mes réflexions se basent sur une vision de l’éthique à l’instant t alors que je finis à peine mes études. Elles sont amenées à changer au fil des années et avec l’expérience et je ne pense pas donc pas qu’elles auront une influence directe sur la suite donnée à ma carrière d'ingénieur. L’éthique est une réflexion en elle-même et le concours proposé consistait donc en quelques sortes à mener une réflexion sur la nécessité de mener une réflexion éthique. Cette expérience m’a donc avant tout permis de prendre un peu plus conscience de la pertinence de l’éthique dans le cadre des activités d’ingénierie. 

Le Concours National de Promotion de l'Éthique Professionnelle

Organisé par La Conférence des Grandes Ecoles et le Rotary International, ce concours s'adresse aux étudiants de Bac+3 aux doctorants. Les participants doivent rédiger un essai de 20 000 signes maximum sur un sujet libre, en lien avec l'éthique professionnelle. 

 

Découvrir le cycle ingénieur de l'ENSTA Bretagne