Saad, chercheur en robotique au MIT, USA (diplômé 2012) 

Saad, est ingénieur-docteur, spécialiste des meutes de robots sous-marins. Il travaille depuis début 2016 au prestigieux MIT (Massachusetts Institute of Technology) aux USA. «J’ai choisi d’intégrer l’ENSTA Bretagne car c’est la seule école à proposer une spécialisation en Pyrotechnie. Finalement, j’ai choisi une toute autre voie. Au cours de la première année  généraliste, nous avons appris à concevoir et programmer des petits robots. Ça a été le coup de foudre ! »

Saad, lors d'un projet en robotique réalisé au cours de son cursus d'ingénieur à l'ENSTA Bretagne

Une passion pour la robotique née à l'ENSTA Bretagne

Dès la première année, Saad découvre l’univers des robots et de la programmation informatique. Passionné par ce domaine, il devient président du club «Spacieta» dont l’objectif est de concevoir une fusée intégrant de l’électronique embarquée pour mesurer différents paramètres au cours du vol.

Il se spécialise progressivement dans le domaine de l’informatique embarquée et décide en dernière année de suivre un cursus double diplômant qui lui fait découvrir le monde de la recherche. Il obtient en complément de son titre d’ingénieur un master recherche de l’Université d’Angers en Systèmes dynamiques et signaux.

Pour son projet de fin d’études, grâce à des contacts établis au sein de l’école (parrainage de la promotion 2013 par le PDG de CGG) il intègre l’entreprise de géosciences CGG, dont les principaux clients sont les compagnies pétrolières. Sa mission porte sur la conception (hardware et software) d’un robot sous-marin à bas coût, facile à produire. Elle s’intègre au projet SpiceRack® visant l’exploration sismique en mer par des meutes de robots.

« Au cours de ces 6 mois, j’ai été amené à me déplacer régulièrement en Italie dans l’entreprise Graaltech en charge de la partie mécanique du robot. J’ai également été épaulé par des techniciens et enseignants-chercheurs de l’ENSTA Bretagne pour la partie électronique embarquée et logiciels. Ce stage fut une excellente expérience qui m’a donné envie de poursuivre au sein de CGG dans le cadre d’une thèse ».

3 années de recherche dédiées à la robotique sous-marine

Dès la fin de sa formation d'ingénieur, Saad débute une thèse au sein de l'ENSTA Bretagne, financée par CGG.
Intitulée «Localization of a Swarm of Underwater Robots Using Set-Membership Methods», sa thèse porte sur la robotique sous-marine.

Se repérer sous l’eau est bien plus complexe que sur terre. Les systèmes de localisation de type GPS sont inadaptés à cet environnement hostile (très faible propagation des ondes électromagnétiques dans l’eau, eaux troubles, courants, …). Les travaux de Saad se sont appuyés sur deux projets visant le déploiement de centaines de robots sous-marins autonomes « AUVs » capables de se positionner afin de cartographier les fonds marins :

  • SpiceRack® vise le lancement d'une meute de robots (près de 200) depuis un navire. Chaque robot doit ensuite se positionner à des endroits prédéterminés au fond de l’eau et réaliser des mesures. Le travail principal porte sur la localisation sous-marine de chaque robot.
  • Moussafir est un projet développé pour Saudi Aramco (première compagnie pétrolière au monde) visant l’exploration pétrolière par l’envoi, depuis un navire, d’une meute de robots coordonnée. Le défi est de coordonner la meute, chacun se repérant en fonction de la position de l’autre, pour quadriller une zone. Ils doivent maintenir leur position et utiliser les courants marins pour se déplacer  (économie d’énergie).

Le projet Moussafir représente la plus grosse meute de robots sous-marins déployée dans un contexte industriel.

Saad s’est appuyé sur les méthodes ensemblistes garantissant la représentation de l’ensemble des positionnements possibles des véhicules. Son système est basé sur une unique balise placée sur le navire. Les AUVs sont passifs en communication et doté d’un système de positionnement relatif inter-véhicule. L’analyse par intervalles est très efficace pour ces systèmes non-linéaires.

Sur chacun de ces projets, Saad a déposé un brevet.

« Ces projets sont passionnants en raison du défi technologique qu’ils représentent mais aussi par ce qu’ils ouvrent sur de nouvelles voies d’exploration marine plus écologiques : les sous-marins utilisés s’appuient uniquement sur l’énergie des courants ». 

Une passion, un métier

Pour découvrir de nouveaux horizons et de nouvelles approches, Saad a choisi d’intégrer le prestigieux Massachussetts Institute of Technology (MIT situé à Boston). Sa mission va le conduire à coordonner de nouvelles meutes de robots.

La partie expérimentale sera essentielle puisque, le MIT à la chance de disposer d’un laboratoire situé sur la Rivière Charles facilitant les tests en situation réelle.

Saad, au bord de la rivière Charles avec les robots sur lesquels il travaille pour le MIT.

En savoir plus