27-03-2015

Émeline Arnaud — ex-MP — ENSTA Bretagne (promo 2015)

Interview de Emeline, ENSTA Bretagne, publié en mars 2015 dans Prépa Magazine

Interview publié en mars 2015 dans Prépa Magazine

Où étiez-vous en prepa ?

Au lycée La Martinière, à Lyon, en MPSI puis MP. J'avais choisi ce lycée après une journée « portes ouvertes » car les enseignants insistaient pour que les élèves se fixent un objectif et intègrent en 3/2, ce que j'ai fait. Comme mes parents habitent dans l'Ain, j'étais interne les deux années.

C'était une bonne expérience ?

L'internat oui, c'était des chambres de trois filles ,et j'ai gardé pas mal de contacts. La prépa, c'était un peu dur parce qu'on travaille vraiment beaucoup, on nous noie sous les équations et les exercices. Heureusement il y avait le soutien des autres élèves, de ma famille, de mes amis et des profs qui nous faisaient vraiment progresser. Au final, j'en garde un très bon souvenir.

Comment se sont passés les concours ?

J'ai pris une semaine de vacances complète avant les écrits. Avec mes parents, nous sommes partis faire du vélo. De toute façon, à cette époque, c'est trop tard pour apprendre, on sait déjà ou pas, alors autant être reposé et en forme ! J'ai bien fait car les écrits étaient éprouvants. Ce n est pas plus complique qu en DS, mais il y a plus d'enjeu. Le cadre aussi est différent, des sortes de grands hangars, en tout cas à Lyon, et chacun a sa toute petite table

Pourquoi avoir choisi l'ENSTA Bretagne ?

Je savais depuis longtemps que je voulais être ingénieur. Rien de précis, hormis une attirance pour la mécanique et un manque de goût pour l'informatique. Lors d'un forum à Ia Martinière, un ancien de ma prépa est venu nous présenter son école, qui m'a tout de suite plu. J'ai lu la plaquette et j'ai été séduite par l'architecture navale. J'ai mis l'école en premier voeu et je l'ai eue.

L'école vous plaît ?

Oui, elle correspond bien à l'image que je m'en faisais La formation est suffisamment théorique et technique mais aussi professionnalisante. On a également des
cours de management et gestion des organisations, mais ce domaine n'est pas ma vocation. En dehors des cours, on grandit plus vite qu en prépa, et on fait
du sport plusieurs heures par semaine. Pour moi, c'est voile, volley, badminton, golf... La ville aussi, Brest, est agréable, de taille raisonnable et rien n'est vrai
ment loin de l'école. J'y resterais bien quelques années encore. En première année, j'habitais sur le campus, puis, j'ai pris un appartement en ville, une fois que je connaissais les quartiers.

Avez-vous fait des stages ?

En première année, j'ai travaillé dans une ferme bio en Écosse, notamment pour progresser en anglais vu que j'avais pris allemand en LV1 toute ma scolarité. J'ai appris des choses sur les chèvres mais aussi sur l'organisation. Après la deuxième année, j'ai pris une année de césure pour un stage long de recherche en Angleterre. Et je fais ma troisième année en alternance avec Thales. Je ne pense pas faire une carrière universitaire mais j envisage de faire une thèse.

Vous travaillez seule ou en équipe ?

En prépa on préparait les TD a plusieurs, mais la participation n'était pas toujours équilibrée. En école, on travaille beaucoup en équipe, d'ailleurs les projets ne
seraient pas réalisables autrement. Par exemple, pour la conception d'un navire patrouilleur, on s était réparti la structure, la propulsion, la coque, la stabilité et
l'agencement intérieur. II y a aussi des problématiques transversales, comme le respect des normes.

Qu'aimeriez-vous faire dans dix ans ?

J'aimerais travailler en R&D dans l'innovation, avoir un métier conciliable avec une vie de famille et rester dans la technique.

Un conseil pour les élèves de prépa ?

Se faire confiance et savoir se reposer pendant les écrits et les oraux.

 

En savoir plus