25-05-2018

De l'archéo-robotique au Sub-Meeting 2018

Sub-Meeting 2018 vient de s’achever : 2 journées d'expérimentations en robotique marine qui visent à faire évoluer les techniques de recherche d’épaves et à promouvoir le concept d’Archéo-robotique.

Déploiement d'un robot sous-marin en rade de Brest pour la recherche d'épaves

Initié par le professeur de robotique Luc Jaulin (ENSTA Bretagne / Lab-STICC) et de nombreux confrères (liste ci-dessous), Sub-Meeting 2018 était organisé en rade de Brest les 22 et 23 mai.Sur 1 km², face au Trez-Hir, les scientifiques ont pu tester différentes configurations de drones marins et sous-marins autonomes.

L’objectif était de réussir à confier à ces robots des missions d’exploration du fond marin permettant la détection d’épaves, suivant le concept d’Archéo-robotique, impulsé par le DRASSM (Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines).

Les équipes préparaient en particulier la campagne de recherche de la Cordelière, conduite par le DRASSM et la région Bretagne, qui mobilisera des moyens techniques inédits de fin juin à mi-juillet 2018, sur une zone de 25 km2, située à l’entrée du goulet de Brest.

Les tests réalisés au cours des journées Sub-Meeting’18 ont donc porté sur les axes scientifiques les plus complexes en robotique marine tels que la géolocalisation des données acquises par les drones sous-marins, l’autonomisation des drones leur permettant de quadriller une zone étendue sur le fond marin, et l’intégration de capteurs adaptés à la recherche d’épaves tels que les magnétomètres.

Dans des conditions météorologiques particulièrement favorables, les différents types de drones, de capteurs, de régulateurs, de méthodes de traitement et d'algorithmes (autonomie, localisation…) ont pu être mis à l'épreuve.

Dans le même temps, plusieurs autres expérimentations et démonstrations étaient menées :

  • Arkeocéan (entreprise créée par un ingénieur-docteur diplômé de l’ENSTA Bretagne) travaillait à la conception de l’interface web qui permet de suivre sur une carte, en temps réel, la position des drones sous-marins autonomes (AUV : autonomous underwater vehicles).
  • L'entreprise KOPADIA (spécialisée dans l’intégration de capteurs sur drones, l’acquisition et le traitement de données) a saisi l’occasion pour valider de nouveaux modèles de navigation et mis à disposition des drones pour les essais d’Archéo-robotique.
  • Les essais d’intégration d’un magnétomètre sur AUV intéressaient ECA Robotics, également présent.
  • Enfin, une équipe robotique de l’Université de Plymouth expérimentait les algorithmes de ses robots voiliers en vue de la conférence IRSC qui se déroule fin août à Southampton.

Cette émulation scientifique passionnante s’est conclue le jeudi 24 mai par la soutenance de thèse de l’ingénieur militaire Benoît Desrochers (ENSTA Bretagne / DGA / école doctorale UBO-SICMA), qui porte sur la localisation de robots sous-marins et la technique SLAM (localisation et cartographie en simultané) et une visite à DGA-TN.
Les résultats serviront au dispositif déployé pour rechercher l'épave de la Cordelière.

Ces travaux scientifiques sur l'archéologie sous-marine seront au c½ur des échanges lors du workshop MOQESM'2018 qui se tiendra dans le cadre de la conférence SeaTechWeek.

Participants (SubMeeting 2018)

DRASSM, SHOM, DGA Techniques Navales, LIRMM, KOPADIA, ECA, THALES, FORSSEA, Arkeocéan, LAAS, l’école Polytechnique, CRNS/Lab-STICC, EPITA, IMT Atlantique, ISEN et les partenaires internationaux des universités d’Uppsala (Suède), de Plymouth (Angleterre), de Gabès (Tunisie), de Hannover (Allemagne).

Luc Jaulin (roboticien ENSTA Bretagne) et Warwick Tucker, chercheur réputé dans les domaines des mathématiques appliquées, de l'intelligence artificielle et de la robotique établi de l'Université d'Uppsala (Suède)

Informations complémentaires